Comprendre la sauvegarde de données pour une entreprise

15.01.2019
|
0 Commentaires
||
cyberspace-serveur

Je vais expliquer les concepts clés de la sauvegarde. La sauvegarde est l’action de copier des données sur un média indépendant du média d’origine et d’en conserver plusieurs copies. L’objectif est de pouvoir les restaurer sur une plateforme identique à la plateforme d’origine. Il faut noter que la copie s’effectue avec une périodicité donnée.

Maintenant distinguons la sauvegarde, du stockage et de l’archivage. Le stockage repose sur des infrastructures d’hébergement des données vivantes comme les données applicatives, les configurations ou l’OS quant à l’archivage il s’agit de l’action de déplacer et de transformer des données afin de supprimer les données non indispensables à la plateforme d’origine et de garantir la relecture. L’archivage repose sur des solutions logicielles et matérielles permettant une conservation sécurisée des données éventuellement probante.

Les données sont déplacées vers la solution d’archivage qui doit les conserver de manière fiable et être capable de les restituer fidèlement sur leur durée de conservation. La sauvegarde repose sur des solutions logicielles et matérielles permettant de prendre des images de données vivantes pour les restaurer sur les systèmes en cas de besoin.

La restauration est l’opération de remettre en ligne les données préalablement sauvegardées. La sauvegarde n’est qu’un moyen parmi d’autres pour répondre aux besoins de restauration. La restauration est l’un des éléments permettant de tenir le RPO “Recovery Point Objectives” on parle également en français de perte de données maximale admissible (PDMA). C’est la durée maximale acceptable entre la dernière sauvegarde et l’incident, quantifiant ainsi les données que les métiers tolèrent de perdre au maximum.

Le RTO ou “Recovery Time Objective” est considérer en lien avec le RPO. On parle également de délais d’interruption maximal admissible (DIMA). Le RTO est la durée maximale d’interruption d’une ressource que peuvent tolérer les utilisateurs de la ressource. Si l’on analyse les deux indicateurs ensemble on peut déterminer le temps total d’interruption d’une ressource après un incident majeur. Ce délai comprend notamment le temps de prise de décision du passage en mode secours et le délai de relance de l’application et donc de la restauration à partir de la sauvegarde. On distingue la sauvegarde d’un poste individuel et la sauvegarde d’un serveur. Ils ont les mêmes objectifs mais les méthodes de sauvegarde sont différentes. Dans cet article je vais traiter seulement de la sauvegarde des serveurs comme peut le proposer une entreprise comme Beemotechnologie.

server

Prenons l’exemple d’un serveur d’application et d’une base de données. Il y a principalement 2 périmètres de sauvegarde sur un serveur. Le premier est celui des binaires qui comprend le moteur du serveur d’applications et les configurations associées et le moteur de base de données et ces configurations. Le second périmètre est celui des données qui regroupe les fichiers applicatifs du serveur d’application et les fichiers de données de la base de données.

Voyons maintenant les différents types de sauvegarde il y a d’abord la sauvegarde complète qui consiste à copier l’ensemble des données dans leur état actuel sans tenir compte des sauvegardes déjà réalisées au préalable. Le temps de sauvegarde est important puisqu’on copie 100% des données à chaque fois. On a par contre un gain de temps lors de la restauration puisque aucune reconstruction n’est nécessaire au moment de la restauration car chaque version des sauvegardes contient l’ensemble des données dans l’état où elles doivent être restaurées.

La sauvegarde différentielle consiste à copier des données créés ou modifiées depuis la dernière sauvegarde complète et ce quels que soient les sauvegardes intermédiaires. La sauvegarde incrémentale consiste à copier les données créées ou modifiées depuis la dernière sauvegarde quel que soit le type.

Le temps de sauvegarde est très rapide car la sauvegarde ne prend en compte que les données qui ont changés depuis la dernière sauvegarde. La restauration demande beaucoup plus de temps car il faut reconstruire les données en restaurant la dernière complète puis rejouer toutes les incrémentales jusqu’au point de restauration souhaité. Aucun type de sauvegarde est parfait. Ces types de sauvegarde sont complémentaires et dépendent des besoins de sauvegarde et de restauration.

Il y a deux modes de sauvegarde la sauvegarde à froid est réalisé lorsque l’application est arrêtée ce qui permet d’effectuer une sauvegarde des données durant l’état fixe où aucune donnée ne sera modifiée. La sauvegarde à chaud est réalisée lorsque l’application est en cours d’utilisation ce qui permet de faire une sauvegarde de ses données sans devoir stopper l’utilisation de l’application et donc sans pénaliser le business. La sauvegarde à chaud est nécessaire pour les applications tournant 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *